Miroir Miroir de Serena Valentino

« – Miroir magique sur le mur, qui a beauté parfaite et pure ?

– Célèbre est ta beauté majesté. Pourtant, un drôle d’objet, dont les pages dissimulent un grand secret est, hélas, encore plus beau que toi.

– Décris-le moi, apprends-moi son nom.

– Titre rouge comme la rose, sorcière noire comme l’ébène, couleurs foncées comme la nuit.

– Miroir miroir de Serena Valentino aux éditions Hachette Heroes ! »

Un très bon moment de lecture.


> Genre : Adaptation de Conte

Bien que les romans de cette série fussent publiés sans un ordre particulier, les livres ont un sens de lecture que l’on peut décider de respecter ou non. Si vous ne les avez pas encore lus, je vous conseille de les découvrir dans l’ordre afin de comprendre plus facilement certaines mentions ou aspects de l’histoire. De plus, certaines révélations ou surprises auront plus d’impacts et vous n’aurez pas un sentiment de frustration à l’idée de connaître déjà des éléments clés.

Tome I : Miroir Miroir

Tome II : L’Histoire de la Bête

Tome III : Pauvre âme en perdition

Tome IV : Maîtresse de tous les Maux

Tome V : N’écoute que Moi

Tome VI : Les Étranges Sœurs

> Résumé

Il était une fois, dans un pays fort lointain, une jeune femme à la beauté ensorcelante qui se maria à un roi noble et juste. Belle-mère d’une magnifique jeune fille, Blanche-Neige, rien ne pourrait détruire la vie si douce et prospère de cette famille. Rien ? Rien n’est moins sûr, car la mort rôde et avec elle un funeste miroir rappelant sans cesse le triste passé de la Reine.

Commence alors une interminable course à la beauté et à la déchéance…

Miroir, mon beau miroir, quel avenir nous attend demain ?

Quand la beauté devient la plus grande faiblesse…


Que l’on soit un grand adepte de Disney ou de contes revisités, il est bien difficile de ne pas se laisser tenter par cette série présentant les « méchants » comme nous ne les avons jamais vus. Nous nous laissons emporter par cette atmosphère particulière et la plume fluide de Serena Valentino. À chacune des pages, nous sentons que le mal rôde. Derrière l’amour et un cadre idyllique se cache une sombre destinée dans laquelle trois « étranges » sœurs jouent un rôle particulier. Étrange est un doux euphémisme car leurs intentions et leurs comportements sont bien plus que cela. Il est important de noter que ce roman et la série en général, ne sont pas destinés aux jeunes enfants car certains passages peuvent les heurter.

Par la tension mise en place, nous avons le sentiment qu’un drame va survenir à chaque instant. Est-ce dû au fait de connaître le futur de notre méchante reine ou une tension véritablement présente ? Effectivement, au début du livre tout semble aller pour le mieux, alors n’est-ce pas nous le/la créateur(trice) de cette caractéristique ?

Il est dommage, selon moi, que notre personnage principal n’est pas de prénom est reste sous la nomination de « reine » mais à part ceci, nous sommes rapidement enthousiasmés par cette proposition. Serena Valentino la rend particulièrement humaine. Nous avons de la compassion pour cette femme au cœur meurtri. Il est assez incroyable comment notre perception d’un individu peut changer une fois que nous connaissons leur passé. Dans le conte, nous ne voyons en elle que la « méchante » de l’histoire, celle que l’on doit évincer coûte que coûte. Alors qu’une fois ses blessures révélées, nous comprenons ses comportements et discernons la femme qu’elle a été et non plus uniquement celle qu’elle est devenue. Bien que le comportement de cette femme soit regrettable, nous comprenons son geste. Ce miroir est devenu une revanche sur la vie. Il lui permet de se sentir mentalement un temps soit peu belle. Cependant, ce n’est qu’une illusion car une fois l’objet enlevé, ses démons reprennent le dessus.

Le roman est court mais il n’est pas, selon moi, nécessaire que le récit soit plus long. Il se suffit amplement à lui-même. Nous retrouvons toutes les éléments du conte et chaque objet, comportement, personnage trouve une explication dans cette adaptation. Un véritable plaisir ! La fin laisse particulièrement songeur sur le futur de Blanche-Neige… Nous pouvons nous demander si ce final est triste ou joyeux. À nous d’inventer les différentes possibilités à notre guise ou de lire la suite.

Nous ne pouvons pas publier cette chronique sans parler de la morale de l’histoire, fil conducteur de Blanche-Neige. À l’instar du conte ou du dessin animé, il est mis en évidence que la beauté physique n’est pas forcément un cadeau ou une source de joie. Toutefois, ce roman propose une réflexion plus complexe sur la notion de beauté. Il est question de l’impact du regard des autres et du sien sur son corps et de la capacité du mental a déformé la réalité. Ce récit tente de montrer qu’une fois que l’on s’aime tel que l’on est avec ce que l’on considère des imperfections, les moqueries et les insultes ne deviennent plus une arme tranchante. Ce livre nous oblige à nous poser ces questions : comment arrivons-nous à déformer la réalité ? Pourquoi le regard des autres est-il si important ? Pourquoi est-ce parfois bien compliqué de voir la beauté du cœur avant celle du physique ? Nous prenons aussi conscience à travers le récit que de vouloir la reconnaissance des autres ou l’amour de ceux ne nous aimant pas nous conduit systématiquement et inévitablement à la souffrance.

Finalement, par l’intermédiaire de cette fiction nous pouvons faire un parallèle avec la vie de tous les êtres humains. Se regarder chaque matin dans son miroir nous aide-t-il à nous aimer avec nos défauts et nos qualités ? A-t-on plus confiance en soi en se trouvant beau/belle face au miroir ? Ou au contraire s’accroche-t-on à cette beauté pour cacher et refouler au plus profond de soi-même ses doutes et ses peurs ? Et si pour être heureux, le chemin demeurait plus complexe, plus subtil qu’une simple question d’apparence ? Pour reprendre une phrase du live action de La Belle et la Bête (2017) « la vraie beauté vient de l’intérieur ».

Pour finir

Un véritable plaisir de découvrir le triste passé de la méchante reine. Entre une fiction très bien menée et un livre donnant matière à réflexion, nous nous laissons emporter par cette atmosphère si particulière. Devenue iconique dans la conscience collective, Serena Valentino réussit avec brio à donner une signification à chaque élément clé de La Blanche-Neige et les sept nains et à nous faire aimer cette femme mal considérée par la société.


Citation

– Le bonheur est la beauté et la beauté est le bonheur. La beauté met la joie dans tous les cœurs : ceux des hommes, des femmes et des enfants.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :